Festival Sous Le Caillou, La Cocotte #1

Du 5 au 8 octobre 2016 au Théâtre « Sous le Caillou »

« Sous Le Caillou, La Cocotte » organisé par La Cocotte Prod. en partenarait avec le Théâtre Sous Le Caillou.

Théâtre d’action – Lecture/spectacle – Concerts

Réservations vivement conseillées le Théâtre ne pouvant t accueillir que 50 spectacteurs  ou spectatrices

Théâtre Sous Le Caillou –  23 rue d’Austerlitz, 69004 Lyon

Ouverture des portes à 19 h 00 – Début des spectacles à 20 H 00
Tarifs // 13-10 € / résas : 04 27 44 34 38
www.lacocotteprod.com
www.souslecaillou.net

*****

*****

sous_le_caillou_la_cocotteEDITO Par Christophe CERRI – programmateur.

Au départ, une simple question : qu’en est-il de l’Egalité Femmes / hommes dans notre société et par ricochet, qu’en est-il de cette question dans nos métiers de la culture ? Le constat est édifiant et malheureusement à l’image du reste de la société : peu de femmes aux postes de responsabilités, peu d’artistes programmées, des postes à temps partiel et souvent subalternes… alors que les énergies et les talents ne manquent pas !

Nous voulons avec cette première édition nous interroger sur l’apport et la place des femmes dans la culture en mettant en valeur le travail de compagnies ou d’artistes engagées dans leurs pratiques artistiques et leur époque car pour nous, combattre un inégalité en particulier consiste en définitive à vouloir les réduire toutes.

*****

PARTAGER & PARTICIPER A L’EVENEMENT SUR FACEBBOK

*****

 

Mercredi 5 octobre – « Ce corps… mon corps » (théâtre d’action)

Proposé par le Collectif de l’Atre

 

anne so ce corps mon corpsLe spectacle CE CORPS MON CORPS contient une série de portraits poignants sur le rapport des individus avec leur corps dans la société occidentale. Ces témoignages de base documentaire sont des revendications ou des appels parfois poétiques qui replacent le corps et ses droits au centre du débat.

 

Le droit à disposer de son corps, de sa sexualité, de son identité sexuelle, de son homosexualité, du droit à l’IVG, celle de la prostitution en évoquant la violence conjugale, la question de la tradition, celle de la liberté, de l’accès à la contraception : tout autant de thèmes abordés par les portraits, qui mettent en lumière, les violences faites aux individus dès lors qu’ils décident de décider de leur corps, de ses droits. Ce spectacle met en scène des personnages venus du monde entier, de l’Irlande du nord au Burkina Faso, du Salvador à l’Iran, de Cergy pontoise à Toulouse.

 

Plus d’infso sur le Collectif de l’Atre

*****

Jeudi 6 octobre – Lecture/spectacle

« Femme non rééducable » de Stefano Massini

Anna Politkovskaïa, journaliste russe. Continue. Elle continue à écrire, à raconter la Tchétchénie. Alors que la guerre est finie. Est-elle si finie ? Jusqu’où finit une guerre, on ne saurait le dire, tant tout est démuni sur place, et que l’espoir a peine à renaître. Le pouvoir est aux mains d’un valet de Moscou, les militaires sont tout puissants, la nourriture est rare et mauvaise, le temps même semble armé : il est gris, vaseux, froid comme fer. Alors peut-on dire que cette guerre est finie ? Il y a la menace de la faim, la menace du froid, l’absence, le silence puis le bruit assourdissant des détonations, des effondrements, des passages de tanks. C’est détruit par ici. Les lignes interrompues, les files

 

Anna400Anna Politkovskaïa continue son travail de reporter, au beau milieu des ruines. Ce sont ses pensées, ses notes, des observations, des sensations, c’est le journal de la journaliste, son oeil intime, sa parole courageuse aux soldats, son audace, sa mort assassinée, dans un hall d’immeuble. Moscou dit qu’elle est non rééducable. On ne peut rien faire pour qu’elle rentre dans le rang, elle est trop libre et parle bien trop haut. Non rééducable on dit.

 

Stefano Massini écrit d’une plume à lire. Ses mots sont incisifs et poétiquement résonnants. Ils sont les sons qu’il faut, qui permettent de se rendre compte, de plonger dans les instants tchétchènes aux côtés d’Anna. On se dés-éduque avec elle à chaque paragraphe, on aime se dés-éduquer de ce régime autoritaire, qui n’admettra pas la voix subversive d’Anna et fomentera son empoisonnement d’abord puis son assassinat. Stefano Massini donne voix aux jeunes soldats, à Anna, à Ramzan Kadyrov,

 

photo-leagood_400Interprète Léa Good – Actrice et lectrice de l’Atre depuis 2012, Participe à plusieurs projets : La Tour de Nesles d’Alexandre Dumas, Douces (spectacle jeune public) d’Iris Gamme, Instants de Réfugiés (performance improvisée), Edges (projet autour du théâtre de William Yeats), Femme non rééducable de Stefano Massini. Formée à l’université Lyon 2 en Etudes Théâtrales et en langues, Au conservatoire de Grenoble, elle travaille aussi avec d’autres équipes, notamment à la mise en scène (Le roi nu d’Eugène Schwartz), et dans l’équipe de la Compagnie Augustine Turpaux.

Plus d’infso sur le Collectif de l’Atre

 

*****

Vendredi 7 octobre  – Lily Luca

Chanson résolument actuelle

 

Lily_Lucaimg

Le Charme Impénétrable des Artistes Torturés

Nouvel album en Avril 2016 !!

Lily Luca  nous emmène des champs de fleurs roses aux horreurs d’une science-fiction bien trop réelle pour être confortable avec des compositions tour à tour douces, intrigantes ou encore désopilantes. Ne vous laissez pas leurrer par son ingénuité apparente, ses paroles sont acérées et son jeu de guitare pointu.

 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

“L’écriture est pure et directe, le trait est sûr. Après deux EP, elle sort un album élégant tant pour son contenu que son packaging recherché.(…) Les ambiances sonores sont riches et fines, les situations sont des scénarios de vie à la fois poignants et gorgés d’humour. Le style musical de Lily Luca est reconnaissable, il n’appartient qu’à elle. Les mots se fracassent tous seuls, sans enrobage d’une hypothétique mélodie doucereuse.”

(Annie Claire, Francofans n°59)

 

 Toutes les infos surLily Luca  ICI !!

*****

Samedi 8 octobre – Elwyn Gallway (chanson)

Spectacle « Evelyne Gallet se la joue »

 

Elwyn_Gallway_400

Elwyn Gallway, la célèbre celte nourrie au reblochon, nous chantera

les plus grands féminitubes (en tous cas les siens), de Yvette Guilbert à Katy Perry. L’occasion inespérée de découvrir ou redécouvrir des trésors plus ou moins cachés à la sauce Gallway.

 

Il était une fois, il y a longtemps mais pas tant, une gamine, un peu rousse, qui voulait devenir footballeuse. Mais rapidement, elle désenchanta : elle ne se retrouvait pas dans les valeurs de ce sport et se tourna vers la musique où l’argent, enfin, n’était pas au centre des préoccupations. Alors elle se mit à chanter. Par ici, par là, partout. Elwyn Gallway, c’est son nom. Quelqu’un lui avait donné. Probablement ses parents, mais rien n’est moins sûr… Elle rencontra un beau jour un musicien. Ou un jour un beau musicien (ceci étant subjectif, vous pouvez choisir l’ordre des mots) : Arno Jouffroy. Multi instrumentiste d’instruments à cordes mais pas que. Depuis elle chante, il joue. Elle joue, il ne chante pas. Ou parfois. C’est selon. Là ce sont les grandes chansons de femme qu’ils vont repiquer et rejouer. Aucune imitation, mais une ré-création. Ce n’est pas un hommage, juste une envie. La musique, comme la liberté, est féminine et Elwyn Gallway est toutes les femmes, comme toutes les femmes !

 

 

POUR SAVOIR QUI SE CACHE DERRIER ELWYN GALLWAY, CLIQUEZ ICI !!